Tous les mois, je publie une newsletter sur la santé au naturel et sur l'ostéopathie, pour celles et ceux qui ne l'ont pas reçue par mail, vous pouvez retrouver

L'origine de l'ostéopathie

L’ostéopathie fut fondée par A.T. Still. En automne 1874, pendant une épidémie, il guérit un enfant de la dysenterie puis dix-sept autres avec succès ; ce fut le premier traitement ostéopathique.



De 1894 à 1900, se développe une opposition violente des instances médicales officielles. L’ostéopathie acquiert pourtant le droit d’exercice dans la plupart des États, comme profession paramédicale, sans possibilité de prescription de médicaments, mais avec le droit de pratiquer l'obstétrique et la chirurgie. Des collèges de médecine s’ouvrent un peu partout aux États-Unis.

Dès 1901, l'ostéopathie reçoit un soutien de choix en la personne de Mark Twain, ce qui lui valut de nombreuses critiques et tribunes hostiles dans le Times, soutien qui se renforça après la guérison de sa fille Jean de ses crises d'épilepsie et traitement de ses propres bronchites chroniques . Il pensait que l'opposition de la faculté de médecine envers l'ostéopathie était essentiellement un désir de monopole sur les soins de santé.

Le premier État à légitimer l’ostéopathie fut le Vermont en 1896. Il faudra près de 100 ans pour que la Californie, dernier État de l’Union, obtienne ce même droit par une lutte opiniâtre en 1974.


Naissance du concept crânien dans le domaine de l'ostéopathie

 

William Garner Sutherland était étudiant à Kirksville à la fin du 19èmè siècle. En observant les sutures des os du crâne, il fut frappé par leur agencement : "Alors que je restais à contempler, tout en pensant, inspiré par la philosophie du Dr Still, mon attention fut attirée par les biseaux des surfaces articulaires de l'os sphénoïde. J'eus soudain cette pensée - comme une pensée guide - biseautées, comme les ouïes du poisson, indiquant une mobilité pour un mécanisme respiratoire." Il engage dès lors des recherches afin de prouver l'invalidité d'une telle idée. Son étude de l'anatomie des os du crâne et les essais qu'il pratique sur lui-même le convainquent peu à peu de l'intérêt de cette hypothèse.


Depuis, d'autres ostéopathes ont ajouté leur pierre à l'édifice dont Maurice Poyet qui approfondit le travail au niveau du crâne et fit des liens entre celui-ci et les autres parties du corps

J'ai étudié cette approche et en suis diplômé depuis 1995.

 

Albert Bénichou a formé beaucoup de kinésithérapeutes notamment avec les techniques fonctionnelles de Sutherland, qui sont des corrections douces et non traumatisantes nécessitant la participation du patient, notamment avec la respiration.

Je suis formé à ces techniques et les utilise avec la technique Poyet.

 

 

 


Pourquoi certains ostéopathes font craquer et d'autres non ?

 

Tout dépend de l'enseignement qu'ils ont reçu, de leur sensibilité et de leur croyance.

Il y a des techniques dites structurelles où le patient entend souvent un craquement et les fonctionnelles où on ne l'entend pas parce que l'ostéopathe ne force pas dans le sens de la lésion directement .

Certains patients préfèrent aller voir un ostéo qui fait craquer parce qu'ils ont l'impression de sentir « que ça se remet en place »et d'autres ont peur des craquements et préfèrent des techniques plus douces .

Cela fait maintenant plus de vingt ans que je pratique l'ostéopathie et je vous assure qu'il n'est pas nécessaire de faire craquer pour que cela se remette en place.

 

 

Je pratique une ostéopathie à l'écoute des tissus, dont le principe est d'amener le corps dans la bonne direction et de trouver l'origine du blocage.

Ma Newsletter Santé au Naturel :


Écrire commentaire

Commentaires: 0